• par (Libraire)
    5 janvier 2021

    "Lorsque la peur me prend, j'invente une image." Goethe

    Un beau jour de cet automne 2020, Michel Agier entre dans la librairie et m'offre sa dernière publication avec en prime cette dédicace si appropriée: "Des épouvantails à Saint-Amand -en-Puisaye, pourquoi pas? Il y a déjà des oiseaux de nuit..."
    Pouvait-il y avoir une meilleure façon de susciter mon intérêt pour la lecture de cet essai? Qu'avait à dire L'anthropologue Michel Agier "sur les traces de nos peurs"?
    Sa théorie s'appuie sur le fonctionnement en réseau du virus, ainsi ce dernier se jouerait-il complétement des frontières, qu'elles soient régionales, nationales ou internationales, Wuhan et les Contamines-Montjoie sont d'un même pays. "Les responsables politiques justifient souvent les fermetures de frontières nationales, voire la construction de murs en disant que, même si elles ne sont pas efficaces, elles "rassurent"."
    "Dans le monde incertain où nous nous trouvons, dans le monde d'après ou pour d'autres pandémies à venir, le véhicule du virus est le réseau des relations humaines, et c'est lui qu'il convient de décrire pour se trouver au plus près de la réalité."

    Cette approche est absolument captivante et démontre avec habileté que tous les mouvements de menton des partis populistes et des responsables politiques acculés à céder sur le terrain des libertés utilisent "la peur" comme mode de fonctionnement. Sans cette dernière pas de confinement réussi, pas de couvre-feu respecté, pas de masques sous le nez...Et comment mieux contrôler des populations rétives si ce n'est que d'épandre des peurs invisibles? "La peur et la politique de la peur ont partie liée, comme les émotions et la politique en général." Des peurs qui viennent de l'infiniment petit, "d'un souffle microscopique", des figures de l'imaginaire, des rites païens, spirituels ou religieux. Si les peurs font se courber l'échine, elles multiplient aussi les "esprits aériens" et voyageurs...

    Michel Agier nous propose, avec l'appui des recherches de Mikhaïl Bakhtine, de regarder la peur, les peurs, qu'elles soient existentielles, matérielles ou cosmiques puis, "d'en rire et de s'en libérer dans l'imaginaire."

    Un motif d'apaisement viendrait-il de cette étonnante observation: "Je lis dans Wikipédia: " Pour les oiseaux, l'épouvantail est tantôt un repoussoir, tantôt un perchoir.""
    Centrons notre regard sur son livre pour mieux comprendre "ce qui arrive."