Campagne perdue
EAN13
9791091902595
ISBN
979-10-91902-59-5
Éditeur
Fario
Date de publication
Nombre de pages
128
Dimensions
17 x 13 x 1 cm
Poids
148 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Campagne perdue

Fario

Offres

Dans ces textes qu’il date de 1919 à 1969, Gustave Roud marche, hante tout autant qu’il l’explore le paysage ouvert dans les collines du Haut-Jorat qu’il aura arpentées toute sa vie. Parfois proche du Journal, ces notes très écrites, d’où émerge parfois un poème, parcourent les lieux et les gestes d’un monde rural que Roud a côtoyé, dont il était issu et qui aura constitué peut-être sa vraie famille. C’est d’ailleurs à ces « amis laboureurs » qu’il dédie ce livre écrit au long d’un demi siècle : « le temps, précise-t-il, pour l’ancien monde paysan de n’être plus ». La fureur des moteurs et des foules a élargi les routes, rompu la vieille harmonie, ruiné le visage encore paisible de ce monde.
Nulle exaltation d’une étroite possession de la terre, ici, mais plutôt le questionnement infini de ces signes promis aux sens et au cœur : le chant d’un oiseau, « sa détresse ou son délire », l’éclosion d’une fleur « dans l’absolu de son être », le ruissellement d’une eau dans la lumière ou celui des étoiles au fond de notre nuit. Les manières des hommes, leurs travaux réguliers, l’accord toujours renouvelé de ces vies avec les saisons, ces existences « soumises au rythme le plus noble et le plus strict », Roud a tenté de les approcher en humble vagabond qu’il était, puis en poète de les sauver.
*
« O vestiges épars et sans vertu ! Pourquoi vous réunir ici, pourquoi ? Mais, on ne sait d’où venue, une obscure injonction n’a cessé de m’y contraindre, une exigence à quoi il importait d’obéir. Peut-être, prise à votre piège d’échos rompus et de de reflets, cette longue suite d’années me sera-t-elle rendue, celles que j’ai pu vivre avant de sentir sous le même ciel, à travers les mêmes saisons, le cœur de l’univers paysan s’enfiévrer lentement jusqu’à l’inguérissable, son calme et beau visage perdre sa paix. Peut-être, par votre aide et sans qu’un miracle y participe, sinon cette lumière de septembre si pure qu’elle illumine au-delà de l’instant les plus lointaines profondeurs temporelles, peut-être la route nous sera-t-elle rouverte vers un monde qui était encore celui de la lenteur et du pas, du pas humain. Le vôtre, laboureurs et semeurs anciens, ô mes amis faucheurs de froments mûrs et d’herbages, oui, votre pas. »
G.R.
Gustave Roud(1897-1976), est l’un des principaux auteurs francophones de Suisse, il est principalement connu pour ses proses poétiques. Après la mort de C. F. Ramuz, il a été considéré comme un maître par de nombreux jeunes poètes : Maurice Chappaz, Jacques Chessex, Philippe Jaccottet. Sa correspondance, son journal et sa critique témoignent également d’abondantes réflexions sur la littérature et les arts. Faisant sienne une injonction de Novalis – « Le paradis est dispersé sur toute la terre… Il faut réunir ses traits épars » –, Gustave Roud déploie la recherche d’un rapport sacré dans l’ici et maintenant, qu’il nomme le « paradis humain ». Publiés deux ans après sa mort, les trois volumes des Écrits (1978) rassemblent ses principaux textes parmi lesquels : Air de la solitude, Petit traité de la marche en plaine,Requiemou Campagne perdue.
Les éditions Fario ont publié deux de ses recueils : Le Repos du cavalier etPetit traité de la marche en plaine ainsi que desEntretiens, parus en 2017.
S'identifier pour envoyer des commentaires.