Vide et plein, le langage pictural chinois
EAN13
9782020125758
ISBN
978-2-02-012575-8
Éditeur
Points
Date de publication
Collection
Points Essais (POIN000224)
Nombre de pages
157
Dimensions
18 x 11 x 0 cm
Poids
218 g
Code dewey
759.951
Fiches UNIMARC
S'identifier

Vide et plein

le langage pictural chinois

De

Points

Points Essais

Offres

L'objet que se donne la peinture chinoise est de créer un microcosme, «plus vrai que la Nature elle-même» (Tsung Ping) : ceci ne s'obtient qu'en restituant les souffles vitaux qui animent l'Univers ; aussi le peintre cherche-t-il à capter les lignes internes des choses et à fixer les relations qu'elles entretiennent entre elles : d'où l'importance du trait. Mais ces lignes de forces ne peuvent s'incarner que sur un fond qui est le Vide : «Dans la peinture comme dans l'Univers, sans le Vide, les souffles ne circuleraient pas, le Yin-Yang n'opérerait pas.» Il faut donc réaliser le Vide sur la toile, entre les éléments et dans le trait lui-même.
C'est autour de ce Vide que s'organisent toutes les autres notions de la peinture chinoise ; celles-ci forment un système signifiant auquel François Cheng est le premier à appliquer ici une analyse sémiologique. Mais le commentaire, loin d'écraser son objet, le fait au contraire resplendir à travers d'amples citations, des reproductions, et surtout l'étude du peintre Shih-t'ao.
S'identifier pour envoyer des commentaires.