La Communauté

La Communauté

Raphaelle Bacqué, Ariane Chemin

Le Livre de poche

  • 10 novembre 2019

    Quitte ou double ! Le jeu tragique de l'intégration

    Les deux journalistes politiques du Monde brossent un tableau vaste et saisissant d'une ville de banlieue sur un demi-siècle d'histoire. A travers le récit de réussites individuelles exceptionnelles, mais aussi de tragiques défaites, elles font de Trappes le symbole des grandeurs et des échecs de l'intégration républicaine à la française, du déclin industriel aux perversions du djihadisme. A lire plus que jamais pour affiner son regard sur des lieux et des individus confrontés à des choix qui les dépassent.


  • par (Libraire)
    16 mai 2019

    COMPRENDRE LA BANLIEUE


    Trappes: ville moyenne de 30 000 habitants, anomalie dans le riche département des Yvelines. Au début des années 60, le PC règne en maître: les jeunes vont dans des colonies de vacances communales, on vend sur le marché l’Humanité et Pif Gadget. La population locale a bien accueilli ces ouvriers arrivés essentiellement d’Afrique du Nord, pour les usines Renault, Peugeot, Simca. Et puis aujourd’hui en 2018: « l’air y est plus lourd, les relations sont contraintes par de nouvelles règles qui s’imposent à la petite communauté trappiste, chassant l’ambiance naguère si chaleureuse ». Le Coran a remplacé l’Humanité. Que s’est il passé au cours de ces 60 années pour permettre cette régression?

    Cette évolution, deux grands reporters au Monde, Raphaëlle Bacqué et Ariane Chemin, nous la racontent dans cette enquête sur cette ville banlieusarde, ou grandirent notamment Djamel, Omar Sy, la Fouine, Anelka, Sophia Aram. Sans porter de jugement, elles établissent un récit passionnant établi à partir de centaines d’heures d’entretien avec des habitants de la ville. Une enquête longue et minutieuse dissimulée derrière un récit sans parti pris.

    Tout au long de ces pages écrites comme un roman s’égrènent ces 60 années d’errance, d’incompréhension, de luttes politiques locales, d’erreurs nationales, qui d’abandon de principes fondamentaux en renoncements ou en erreurs d’appréciation, ont abouti à ce terrible constat final: 67 djihadistes français sont partis de Trappes.

    Eric.


  • 28 février 2019

    Deux journalistes du « Monde » ont mené une enquête sérieuse et complète sur la ville de Trappes. Enquête qui a un côté très agréable car commençant presque comme un roman. On y découvre Jamel Debbouze, Omar Sy, La Fouine, Anelka, Sophie Aram... originaires de Trappes, et bien sûr les habitants anonymes.
    Années 60, première vague de migrants recrutés par le gouvernement français.
    Années 80, délinquance, trafic de drogue, prostitution, bandes organisées. La première génération semble sans espoir. Heureusement, des animateurs fabuleux tentent de sauver tous ces gamins paumés.
    Années 90, l’Islam prend une tournure inquiétante, le phénomène de radicalisation est en route, restreignant la liberté des femmes et recrutant de futurs djihadistes.
    Trappes a toujours eu une vocation de ville qui accueille. 10 000 habitants au départ, puis en 1973. 14 000 nouveaux venus des bidonvilles de Nanterre, des migrants actuellement… Et malgré tout cela, la solidarité entre habitants reste forte.
    Bravo à Raphaëlle Bacqué et à Ariane Chemin qui ont réalisé cette solide étude très enrichissante.
    Elles ont su rester concrètes, objectives et bienveillantes et nous font voir d’un autre œil cette population cosmopolite et la dérive alarmante amenée par le salafisme, le wahhabisme et toutes les mouvances musulmanes intégristes.